Accueil

samedi 7 décembre 2013

Violentes émeutes à la cité « fonctionnaires » de la ville de Tizi Wezzu

Pour protéger un espace vert
Les autorités locales ont tout bradé en créant des des bidonvilles à béton. La mafia du foncier n’a laissé aucun espace. Tout a été vendu. Les résidents des quartiers de la cité « Fonctionnaires » et de ceux de M’Douha ont alors décidé de réagir et d’empêcher en utilisant la force, la réalisation de ceux qu’ils qualifient de « colonies ».
07/12/2013 - 11:06 mis a jour le 07/12/2013 - 13:48 par Farid M.

De violents affrontements ont éclaté ce matin à la cité « Fonctionnaires » de la ville de Tizi Wezzu entre les habitants de ce quartier et les forces de sécurité. Les manifestants, plus de deux cents environs, ont décidé d’empêcher la construction d’un immeuble sur le seul et unique espace vert qui est resté dans cette cité.
Les autorités locales ont tout bradé en créant des des bidonvilles à béton. La mafia du foncier n’a laissé aucun espace. Tout a été vendu. Les résidents des quartiers de la cité « Fonctionnaires » et de ceux de M’Douha ont alors décidé de réagir et d’empêcher en utilisant la force, la réalisation de ceux qu’ils qualifient de « colonies ».
« Le wali de Tizi Wezzu, premier responsable à Tizi Wezzu qui détient tous les pouvoirs a avoué qu’il ne peut rien faire devant les lobby de la mafia du foncier qui a tout bradé à Tizi Wezzu. Il n’y a que la force qui peut sauver notre quartier et notre ville en général », nous a déclaré un ancien de la cité « Fonctionnaire" de la capitale du Djurdjura.
Les forces de sécurité ont violemment riposté en essayent de disperser la foule et de permettre à l’entreprise d’entamer les travaux de construction de l’immeuble dans un jardin public, non loin du siège de la wilaya de Tizi Wezzu.
D’autres manifestants des autres quartiers de la ville de Tizi Wezzu ont rejoint les émeutiers de la cité « Fonctionnaire » pour leur prêter main forte. On parle de deux blessés légers qui ont été transférés vers le CHU de la ville de Tizi Wezzu.
Farid M.

Aucun commentaire: