Accueil

samedi 25 janvier 2014

Election présidentielle Le RCD opte pour le boycott, le FFS tergiverse

Election présidentielle

Le RCD opte pour le boycott, le FFS tergiverse

R.Moussaoui pour Tamurt.info
« Le flou et l’opacité, qui ont prévalu durant toute cette période sur la présidentielle d’avril 2014, est un signe de plus sur le refus de l’alternance déjà consacrée à travers le viol de la Constitution de 2008. L’élection de cette année n’est rien d’autre qu’une tromperie continuellement reproduite », ajouta le même responsable.
25/01/2014 - 16:29 mis a jour le 25/01/2014 - 18:13 par R. Moussaoui
Comme il fallait s’attendre, le Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD) a emboîté le pas au Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK) en décidant de ne pas prendre part à la prochaine échéance présidentielle algérienne. Ce parti Kabyle et d’opposition a opté pour le boycott, à l’occasion de la réunion de son conseil national tenu hier à la ville d’Alger.
Les raisons de cette décision prise presque à l’unanimité des membres du conseil national, sont dues au refus du régime de céder et d’organiser des élections libres et transparentes. « La demande du RCD de dessaisir le ministère de l’Intérieur de la gestion des élections et l’institution d’une commission de gestion permanente et autonome, à l’instar de ce qui se fait chez nos voisins, bien qu’ayant été reprise par plus de 40 partis et autre personnalités, a été ignorée et rejetée », a déclaré le président du RCD, Mohcine Belabbas. « Le flou et l’opacité, qui ont prévalu durant toute cette période sur la présidentielle d’avril 2014, est un signe de plus sur le refus de l’alternance déjà consacrée à travers le viol de la Constitution de 2008. L’élection de cette année n’est rien d’autre qu’une tromperie continuellement reproduite », ajouta le même responsable.
Par contre, pour le FFS, un autre parti politique ancré en Kabylie n’a pas encore tranché. Ce parti, en proie à une crise interne inédite, tergiverse encore. C’est pratiquement la dernière formation politique en Algérie qui à ne pas s’être encore exprimée sur le vote du 17 avril prochain.
Des proches de ce parti affirment que le FFS attend la position de Mouloud Hamrouche pour décider. Si ce dernier participe, le FFS lui apportera son soutien sinon il optera, lui aussi, pour le boycott.
R.Moussaoui

Aucun commentaire: