Accueil

mercredi 8 janvier 2014

Pour avoir manifesté leur ras-le-bol

Pour avoir manifesté leur ras-le-bol
Ils sont poursuivis pour « dégradations de biens de l’Etat », « attroupement non armé ayant occasionné le trouble à la l’ordre publique », treize d’entre eux ont été mis en détention provisoire, et les autres ont été cités à comparaître. Une peine de 2 ans de prison ferme a été requise contre eux par le Procureur de la République qui a jugé leurs actes de « très graves ».
09/01/2014 - 00:15 mis a jour le 08/01/2014 - 21:08 par Moussaoui R.
Le pouvoir algérien ne tolère aucun mouvement de protestation à la veille des élections présidentielles. La machine judiciaire est actionnée contre les manifestants, notamment en Kabylie. Les 40 jeunes de la localité de Mirabeau, à 10 km vers l’ouest de Tizi Wezzu, qui ont été arrêtés le 24 décembre dernier pour avoir manifesté contre la marginalisation de leur quartier ont été présentés devant le juge hier.
Ils sont poursuivis pour « dégradations de biens de l’Etat », « attroupement non armé ayant occasionné le trouble à la l’ordre publique », treize d’entre eux ont été mis en détention provisoire, et les autres ont été cités à comparaître. Une peine de 2 ans de prison ferme a été requise contre eux par le Procureur de la République qui a jugé leurs actes de « très graves ».
Il est reproché aux manifestants, dont des étudiants, d’avoir bloqué à la circulation automobile la RN12. Les jeunes de Mirabeau ont voulu attirer l’attention des pouvoirs publics sur les conditions de vie inacceptables dans lesquelles ils vivent dans les quartiers et bidonvilles.
Les parents des accusés se demandent pourquoi les habitants des localités de Boumerdès qui ont fermés des journées entières la RN12, notamment aux Issers, à Si Mustaphe, à Bordj Mnaïl, à Boudoaue, à Thenia, à Rgehiaa n’ont jamais arrêtés, alors que ceux de Mirabeau ont été emprisonnés ? Il est donc interdit aux jeunes issus des milieux défavorisés de manifester. Le pouvoir veut les museler.
Les parents et proches des 40 jeunes de Mirabeau, dont 13 sont en prison, ne comptent pas rester les bras croisés devant l’injustice que subissent leurs enfants. Pourquoi ces mêmes services de sécurité ne sont pas intervenu pour arrêter les pilleurs de Sable d’Assif N’Sébaou, non loin de cette localité de Mirabeau ?
R. Moussaoui

Aucun commentaire: