Accueil

mercredi 26 mars 2014

Calendrier chargé pour le président du MAK | Tamurt.info - Votre lien avec la Kabylie

Calendrier chargé pour le président du MAK

De Tizi-Ouzou, Saïd Tissegouine

Dans ce cadre précis, Bouaziz Aït-Chebib a un calendrier chargé. En effet, la série de meetings programmés jusqu’à maintenant se présente ainsi : le 28 mars à 16 heures, en sera donné un à Cheurfa, wilaya de Tubiret.

26/03/2014 - 12:31 mis a jour le 26/03/2014 - 12:31 parSaïd Tissegouine


Dans la logique de contrecarrer, voire d’anéantir, le charivari prévu pour la journée du 17 avril 2014, appelé toutefois les élections présidentielles, lequel est programmé par la mafia polico-financière d’Alger, le président du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK), Bouaziz Aït-Chebib, a décidé d’accélérer la cadence dans ses contacts directs avec le peuple kabyle.
Dans ce cadre précis, Bouaziz Aït-Chebib a un calendrier chargé. En effet, la série de meetings programmés jusqu’à maintenant se présente ainsi : le 28 mars à 16 heures, en sera donné un à Cheurfa, wilaya de Tubiret. Le président du MAK l’animera devant la mairie.
Le lendemain, soit le 29 mars à 10 heures, il l’animera à Akbou, à la place des Martyrs, c’est-à-dire devant le cinéma.
Le 14 avril, Bouaziz Aït-Chebib animera son meeting devant la maison de la culture Taos Amrouche (Béjaia). A noter que ce meeting prévu devant la maison de la culture Taous Amrouche est programmé et décidé par les étudiants de l’université Abderrahmane Mira de Béjaia. Ces étudiants ont fait savoir que leur combat ne doit pas rester confiné à l’intérieur de l’espace de leur université mais sortir justement dans les espaces populaires car il (le combat estudiantin) doit être à l’avant-garde. L’une des victoire de l’université Abderrahmane Mira est d’avoir baptisé la maison de la culture de Béjaia au nom de l’illustre intellectuelle kabyle, feu Taos Amrouche. Les tenants de l’arabo-islamo-baâthisme et non moins janissaires au service de la mafia politico-financière d’Alger se sont opposés – et continuent d’ailleurs de le faire – à ce que cette institution culturelle soit baptisée au nom de Taos-Marguerite Amrouche puisque celle-ci était de confession chrétienne et non musulmane. Toutefois, même en l’absence de texte juridique légal devant ordonner à ce que cette maison de la culture soit baptisée au nom de cette grande femme de lettres et non moins grande militante de l’Algérie algérienne, à l’instar de son frère, Jean-El Mouhoub, les citoyens béjaouis, eux qui connaissent parfaitement la vérité et le sens de la justice et de la reconnaissance, n’ont tenu compte ni des ordonnances de l’administration algérienne ni de ses serviteurs maladroits. C’est pourquoi, chaque citoyenne et chaque citoyen de Béjaia parlent toujours de la Maison de la culture Taous Amrouche quand il s’agit de cette institution culturelle.
Notons enfin que concernant toujours la tenue de meetings, les localités d’Akbil et Souamaâ sont déjà retenues à cet effet. D’autres localités seront connues incessamment. Il restera aussi à arrêter la date de rendez-vous pour chaque localité.

Aucun commentaire: