Accueil

dimanche 16 mars 2014

Le pouvoir déclare la guerre contre les Mozabites | Tamurt.info - Votre lien avec la Kabylie

Assassinat de trois personnes à Ghardaïa





Les civils Mozabites sont
prises pour cible. Des policiers en civil et des voyous, selon des
témoins qui ont pris attache avec notre rédaction, s’attaquent à tout ce
qui appartient à la communauté Mozabite ou ce qui symbolise cette
minorité.


16/03/2014 - 14:26 mis a jour le 16/03/2014 - 19:52 par


Saïd F.

Juste après la mise en liberté d’une trentaine de prisonniers
criminels qui n’ont pas purgé leurs peines, trois Mozabites ont été tués
hier dans la ville de Ghardaïa par des « inconnus ». Les trois victimes
ont été tuées par balles. Leurs corps sont toujours gardés à la morgue
de la ville et le pouvoir refuse de donner leur identité. La situation
est dramatique au pays des Mozabites. C’est un climat de guerre qui y
règne.



Les civils Mozabites sont prises pour cible. Des policiers en civil
et des voyous, selon des témoins qui ont pris attache avec notre
rédaction, s’attaquent à tout ce qui appartient à la communauté
Mozabite ou ce qui symbolise cette minorité.



Devant la gravité de la situation, le régime algérien a propagé des
informations qui atteste que les trois victimes sont des arabes ce qui
est faux. Il s’agit malheureusement de trois autres Mozabites innocents.
Plus de 200 personnes ont été grièvement blessées lors des
affrontements entre mozabites d’un côté et des Arabes et policiers en
civil de l’autre.

Ce qui est remarquable, c’est qu’à Ghardaia, la police est derrière cette guerre, contrairement à 2001 en Kabylie où c’était la gendarmerie qui avait donné l’ordre de tirer sur la population.


D’ailleurs, une délégation de plusieurs ministres, de l’armée et de
la gendarmerie s’est rendue dans la région, ce matin, sauf El Hamel,
premier responsable de la police qui a brillé par son absence.

Par ailleurs, il n’est pas à écarter de voir la région des Chaoui
comme prochaine cible du régime raciste d’Alger. Les insultes proférées
par Sellal avant-hier contre les habitants de cette région ne sont pas
un fait du hasard. En politique, il n’y a pas de hasard !



Saïd F.



Aucun commentaire: