Accueil

dimanche 9 mars 2014

Ram Otor Ramdane

Journée internationale de la femme :

Les femmes de Tizi-Ouzou au rendez-vous

De Tizi-Ouzou, Saïd Tissegouine
En effet, sur initiative et sous la houlette de l’association des femmes des Moudjahidine de la wilaya de Tizi-Ouzou (AFMWTO) que préside Mme Tassadit Dris, l’espace de la Mouhafadha de Tizi-Ouzou a connu aujourd’hui une manifestation féminine hors du contexte habituel.
09/03/2014 - 00:20 mis a jour le 08/03/2014 - 21:59 par Saïd Tissegouine
Les femmes de Tizi-Ouzou ont été au rendez-vous de la journée internationale de la femme. Même si la journée a coïncidé avec le week-end, tous les espaces de la capitale du Djurdjura, pour ne parler que de cette ville, ont été grandement et superbement « envahis » par la gente féminine. Il va sans dire aussi que la femme tizi-ouzienne a marqué de son empreinte la manifestation scientifique et culturelle en rapport avec cette journée que le monde doit aux femmes américaines de cette difficile époque du début de la seconde moitié du 19e siècle.
En effet, sur initiative et sous la houlette de l’association des femmes des Moudjahidine de la wilaya de Tizi-Ouzou (AFMWTO) que préside Mme Tassadit Dris, l’espace de la Mouhafadha de Tizi-Ouzou a connu aujourd’hui une manifestation féminine hors du contexte habituel.
Ce rendez-vous féminin, lequel a été honoré par la présence de plusieurs dizaines de femmes de tous les âges et de toutes les catégories sociales et professionnelles, a été exprimé par une multitude d’activités. L’ouverture de la manifestation a été traduite par l’hymne national et par l’observation d’une minute de silence à la mémoire des Martyrs. La troisième étape a été traduite par la récitation d’anciennes et épithalames lesquels étaient chantés par des femmes Moudjahidate.
Ces mêmes femmes Moudjahidate ont fait une exposition de photos témoignant des scènes de guerre et des héros de la guerre d’indépendance. le troisième volet, exécuté toujours par ces femmes combattantes de la guerre d’indépendance du pays, sera consacré aux témoignages sur les faits de guerre. Les jeunes femmes, émues, ont écouté religieusement les récits rapportés par leurs aînées.
Quant à la présidente de l’AFMWTO, Mme Tassadit Driss en l’occurrence, elle fait une communication sur la condition de la femme algérienne de ce début du troisième millénaire. Sans la moindre concession à la facilité et au « satisfecit », Mme Tassadit Driss a signalé les insuffisances et les lacunes dans ce qu’il convient d’appeler « les Droits de la femme ». Dans ce contexte justement, la présidente de l’AFMWTO a dénoncé certaines iniquités que subissent encore certaines femmes telles que le code de la famille, l’absence de lois protectrices des femmes divorcées sans travail et sans logement, les femmes en détresse laquelle détresse est provoquée par certains aléas de la vie, etc.
La conférencière a également parlé du droit de la femme au travail et la dignité de la femme dans son milieu professionnel et tant d’autres conditions nécessaires pour que la femme se considère réellement comme « la moitié de l’homme ».
Cependant, Mme Tassadit Driss a surtout insisté sur la nécessité d’abrogation du code de la famille jugé en « inadéquation flagrante » avec la réalité de la femme d’aujourd’hui.
Une fois cette enrichissante conférence terminée, les femmes présentes, fort nombreuses devons-nous rappeler, ont procédé à la distribution de cadeaux et honorer les tables par le biais d’une collation. Concernant cette remise de cadeaux, il y a lieu de noter que les femmes ont remis à titre symbolique un cadeau à un bébé âgé de huit mois et de sexe féminin. Ce petit ange de huit mois et baptisé « la femme future » a pour nom : Houda Aouiche. En dernier, il y a lieu de signaler que les femmes affiliées à l’AFMWTO ont saisi cette occasion de la journée de la femme pour procéder à l’ouverture officielle du siège de leur association qui se trouve justement à l’intérieur même de l’imposant immeuble de la Mouhafadha de Tizi-Ouzou.

Aucun commentaire: