Accueil

lundi 1 septembre 2014

Bouaziz Aït-Chebib rencontre les militants et cadres d’Amallou (Béjaia) | Tamurt.info

BGAYET
BGAYET (Tamurt.info) - Bilan, perspectives, stratégie du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK) et environnement international ont été les points développés hier, en milieu d’après-midi, par Bouaziz Aït-Chebib à Amallou, daïra de Seddouk devant les militants et cadres locaux du MAK.
01/09/2014 - 18:48 mis a jour le 01/09/2014 - 18:41 par Saïd Tissegouine
  • facebook
  • googleplus
  • google
  • live
  • myspace
  • printer
  • twitter
Bilan, perspectives, stratégie du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK) et environnement international ont été les points développés hier, en milieu d’après-midi, par Bouaziz Aït-Chebib à Amallou, daïra de Seddouk devant les militants et cadres locaux du MAK.
Il va sans dire que le point discuté le premier, lequel d’ailleurs a été très attendu par l’assistance, était celui relatif à la manifestation historique de la veille à la place de l’Olivier (Tizi-Ouzou). 
Le président du MAK a démontré non seulement le positivisme de ce rassemblement tripartite (MAK-MAM-MAC) sur le plan purement organisationnel mais aussi sa portée politique. Avant de poursuivre son discours, Bouaziz Aït-Chebib prit d’abord le soin de lire le message de félicitations adressé par le président du MAC, M. Yella Houha, à la famille militante et patriotique du MAK. Et c’est alors que le président du MAK poursuivit son intervention laquelle se porta sur le développement et l’énumération des points prévisionnels attendus à travers ce mémorable rendez-vous amazigh tizi-ouzien. « Aujourd’hui, la communauté internationale est informée que ce sont trois peuples qui font la même revendication et, au même temps, ces trois peuples ont le même adversaire, le pouvoir algérien en l’occurrence », souligne le président du MAK pour déclarer aussitôt que « cette tripartite tizi-ouzienne a augmenté de plusieurs crans la panique du pouvoir. 
« La panique du pouvoir, poursuit Bouaziz Aït-Chebib sur ce volet précis, est telle qu’il a décidé d’interdire à la presse nationale algérienne de couvrir la manifestation ».
S’agissant de la nature relationnelle exacte entre le MAK-MAM-MAC, le premier responsable du MAK informera l’assistance qu’il n’est question d’épousailles que le fait que l’ennemi est commun et que chacun reconnaît aux deux autres le droit d’exister libre et digne. Autrement dit, la manière d’exister aussi bien du peuple kabyle que les peuples mozabite et chaoui ont, chacun, le droit de choisir celle (la manière) qui leur sied. Idem également quant au choix du statut revendiqué. Bouaziz Aït-Chebib expliquera également que le principe d’une rencontre entre les représentants du MAK-MAM-MAC est déjà arrêté et que cette dite rencontre portera la rédaction d’une plate-forme commune quant à certaines règles de partenariat et au statut de chacun.
A propos de la seule dimension du MAK, Bouaziz Aït-Chebib dira qu’ « il (MAK) a révolutionné toute l’Afrique du Nord, car il a entraîné dans son giron les autres peuples amazighs ». « par ailleurs, poursuit le N° 1 du MAK, nous ressentons une grande fierté de dire tout haut que le peuple kabyle appartient au grand monde amazigh ». L’orateur dit également que le kabylisme est la pure création du MAK. A travers ce concept de « kabylisme », Bouaziz Aït-Chebib a ciblé non seulement certains responsables kabyles défendant la thèse « l’identité kabyle dans le moule d’ensemble algérien », mais les citoyens kabyles silencieux et désintéressés ; silencieux et désintéressés à cause de leur inconscience du danger existentiel en matière d’identité. 
« Le plus grand danger d’un peuple est l’ignorance de son inconscience ! », s’écria Bouaziz Aït-Chebib, visiblement très révolté par les citoyennes et citoyens kabyles au mode de vie semblable au vaisseau sans capitaine et sans équipage et naviguant dès lors au gré du vent. « Aujourd’hui, poursuit le président du MAK, le danger de disparition du peuple kabyle est réel ». L’assistance entendra plus loin de la bouche de Bouaziz Aït-Chebib que le pouvoir, motivé par l’anéantissement du MAK par tous les moyens possibles, mène une campagne de propagande contre le MAK par le biais de ses différents relais, outils et canaux.
Dans le jargon des services secrets, cette science militaire est appelée « l’action psychologique ». « Je réitère, encore une fois, déclare avec véhémence Bouaziz Aït-Chebib, que le MAK communique par le biais de ses instances officielles ! ». Cette précision du président du MAK est loin d’être anodine. En effet, certains éléments extra au monde kabyle et, surtout au MAK font recours au support médiatique « facebook », et ce, sous couvert de pseudonymes pour diffuser des messages au nom du MAK, lesquels messages ne reflètent absolument en rien la politique du MAK. Certains messages de ces internautes à la mission bien déterminée incitent à la haine et pourraient faire penser aux lectrices et lecteurs que le peuple kabyle est désireux de vivre en autarcie et l’isolement total. « Aucun peuple à travers le monde ne peut vivre en autarcie ou dans l’isolement ; alors pourquoi le peuple kabyle pourrait commettre une telle folie », s’écria le premier du responsable du MAK avant d’ajouter cet apophtegme : « le racisme, le rejet de l’autre et l’invective sont proscrits et prohibés au MAK ! ». « C’est pourquoi d’ailleurs, insiste encore Bouaziz Aït-Chebib, le MAK, s’imprégnant de valeurs universelles, reconnaît et soutient tous les peuples du monde entier en lutte pour leur liberté et dignité. En guise de message directe au pouvoir d’Alger, qui croit encore à la chimère du monde arabo-musulman, que « la solution au problème kabyle est dans la Kabylie et non dans l’Algérie ». 
S’agissant enfin de perspectives du MAK à court terme, Bouaziz Aït-Chebib affirmera à partir d’Amallou que les conseils régionaux du MAK connaîtront des restructurations et des remaniements à partir de la fin du mois en cours. Le choix de la fin du mois n’est pas fortuit puisqu’en ce début du mois de septembre, les pères et mères de familles se concentrent surtout sur la rentrée scolaire de leur progéniture. La rentrée scolaire, de par le monde, suscite une certaine effervescence.

Aucun commentaire: