Accueil

samedi 13 septembre 2014

Mouloud Younsi succède à Farid Djennad à la tête du conseil régional de Vgayet-Setif- Jijel. | Tamurt.info

MAK
BGAYET (Tamurt.info) - Conformément aux statuts et règlements du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK) quant à la fonctionnalité de ses structures, il a été procédé hier au renouvellement du conseil régional MAK de Vgayet-Setif- Jijel.
13/09/2014 - 17:35 mis a jour le 13/09/2014 - 18:06 parSaïd Tissegouine
  • facebook
  • googleplus
  • google
  • live
  • myspace
  • printer
  • twitter
Conformément aux statuts et règlements du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK) quant à la fonctionnalité de ses structures, il a été procédé hier au renouvellement du conseil régional MAK de Vgayet-Setif- Jijel.
Ce rendez-vous, qui a vu la participation des cadres et militants de Béjaia, Sétif et Jijel, a eu lieu au village de Tifrit (Akbou), et ce sous la présidence de Bouaziz Aït-Chebib. 
En ce qui concerne l’ancien bureau du conseil régional MAK de Béjaia , nous devons rappeler qu’il a été dirigé par Farid Djennadi, qui assurait en même temps les fonctions de secrétaire général du MAK. Une mission très difficile pour l’homme vu la charge importante de son calendrier. C’est pourquoi il a préféré ne pas se représenter hier pour la succession à son poste. En effet, vu les importantes échéances que doit honorer le MAK, Farid Djennad aura fort à faire en sa qualité de secrétaire général. 
Cependant, même si Farid Djennad s’est tenu à l’écart de cette course à la tête du nouveau bureau du conseil régional de Béjaia , de « jeunes loups » à la compétence avérée n’ont pas manqué à l’appel. En effet, la tête de cette structure régionale a été convoitée par deux candidats. Il s’agit de Mouloud Younsi et Karim Meghetti. Et comme la démocratie est l’un des piliers du MAK, le choix de l’homme a été fait avec le plus grand nombre de voix exprimées en sa faveur par l’électorat concerné. 
Le processus électoral s’est déroulé ainsi : Chacun des deux concurrents a présenté à l’assistance sa propre conception de la direction des affaires du futur Conseil Régional. Et naturellement, chacun des deux candidats a développé sa thèse en l’absence de l’autre. Une fois l’assistance renseignée sur la vision de chacun, les deux candidats ont quitté la salle pour ne pas assister à l’opération de vote. 
C’est le président du MAK en personne qui a recueilli les voix exprimées pour chacun des deux candidats. Et une fois, le décompte fait, la victoire fut déclarée en faveur de Mouloud Younsi. Son rival, Karim Meghetti fut dès lors nommé vice-président de la structure régionale.
La concurrence fut également inévitable pour les postes de secrétaire régional à l’organique, le trésorier et le secrétaire à l’information. Seul le poste du chargé aux relations avec l’université échappa à la concurrence. Notons également que cette instance élue porte également à sa charge les affaires des wilayas de Sétif et Jijel. C’est le président du MAK qui a suggéré l’idée de rattacher les affaires des wilayas de Sétif et Jijel à celles de Béjaia, et ce dans l’objectif d’assurer la meilleure gestion. Il est connu qu’à Sétif et Jijel, les cadres et militants du MAK sont très persécutés par l’administration algérienne d’où leur rendement limité ; ce qui n’est pas le cas à Béjaia, où la kabylophonie est entière, les intimidations de l’administration à l’endroit de la famille du MAK ne font pas plus d’effet qu’un coup d’épée dans l’eau. 
L’instance élue hier à Tifrit porte, par conséquent, l’appellation de « Conseil Régional MAK de Béjia, Sétif et Jijel (CR-MAK BSJ). Et voici sa composante humaine :
- Président : Mouloud Younsi,
- Vice-président : Karim Meghetti,
- Secrétaire à l’organique : Nadir Chelbabi,
- Secrétaire adjoint à l’organique : Abdelkrim Mouzaia,
- Trésorier : Samir Bourouchou,
- Tésorier adjoint : Mourad Khassa,
- Secrétaire à l’information : Zahir Abdelli,
- Secrétaire adjoint à l’information : Farouk Azib
- Chargé aux relations avec les universités : Chabour Moussa
- Chargé adjoint aux relations avec les universités : Idir Oulounis.
Notons également qu’hormis ce renouvellement de l’instance régionale MAK de Béjaia, les participants à cette rencontre de Tifrit ont débattu de la question portant sur la tenue et la portée de la conférence nationale kabyle (CNK). Bouaziz Aït-Chebib a, encore une fois, expliqué la grande dimension de cette conférence tant attendue, et, par conséquent, les raisons d’implication de toutes les forces et de toutes compétences kabyles dont le Front des Forces Socialistes (FFS) et le Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD). A propos de ces deux partis politiques, le président du MAK leur a renouvelé le sentiment fraternel qu’a toujours nourri à leur égard la grande famille militante et patriotique du MAK. « Les cadres et militants du FFS et du RCD sont nos frères », a rappelé le premier responsable du MAK avant de poursuivre par cette précision : « Même si c’est deux partis politiques se considèrent comme « des partis politiques nationaux algériens », nous les gens du MAK, nous les considérons comme des partis politiques kabyles ». 
Ne voulant pas porter le poids d’un quelconque tabou, Bouaziz Aït-Chebib a tenu à souligner que le MAK, en tant que porteur d’un projet, constitue la seule option positive pour la Kabylie mais en tant que structure de lutte, il ne peut à lui seul mener le projet à terme, ou du moins dans les délais voulus ; d’où alors l’implication de toutes les forces vives de la Kabylie. Toujours vis-à-vis du FFS et du RCD sans toutefois les nommer cette fois-ci, Bouaziz Aït-Chebib lancera cette superbe métaphore : « Nous ne cherchons pas à vaincre mais à convaincre ». Et pour mettre en avant, encore une fois, les raisons existentielles du MAK et de ses missions, l’orateur en avancera une batterie d’arguments dont le principal résumant le tout : c’est une question de vie ou de mort du peuple kabyle.
Le n° un du MAK n’a pas caché aussi son courroux vis-à-vis de la passivité de nombreux citoyens kabyles face aux incessants coups de jarret que leur donne le pouvoir tels que l’avancée inexorable de l’arabisme et l’islamisme en Kabylie, les opérations de sabotage économique dont la destruction des forêts par les feux, les kidnappings, le terrorisme etc. Bouaziz Aït-Chebib, toujours prolixe dans ses interventions, a également lancé un appel aux intellectuels kabyles de s’impliquer dans ce combat pour la liberté du peuple kabyle. « Nous avons besoin de leurs lumières », a déclaré avec véhémence le président du MAK.
Farid Djennad et Mouloud Mebarki, en leur qualité de secrétaire général du MAK et de président du conseil national du MAK ont également prononcé un discours à travers lequel ils ont démontré le bien-fondé des thèses développés par la famille militante et patriotique du MAK. En dernier, il y a lieu de relever que le CR-MAK BSJ a été chargé de prendre attache avec les futurs participants à la CNK, prévue, rappelons-le, pour la journée du 3I octobre 20I4, et ce, au niveau de ses circonscriptions de sa compétence ; à savoir donc les wilayas de Béjaia, Sétif et Jijel. S’agissant du lieu de la tenue de cette conférence kabyle que d’aucuns considèrent déjà comme historique, la direction du MAK a reçu déjà plusieurs propositions. Cependant, le choix définitif du lieu en question se fera au moment voulu.

Aucun commentaire: