Accueil

samedi 27 décembre 2014

Conseil national du MAK à Tifrit (AKbou)

Bien des actions et des stratégies en perspective

De Béjaia, Saïd Tissegouine pour Tamurt info
TIFRIT (Tamurt info) - Sous la direction de son président, Mouloud Mébarki, le Conseil national du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK) s’est réuni, hier, au village résistant de Tifrit (Akbou) pour discuter et débattre sur le bilan du MAK, les perspectives et divers.
28/12/2014 - 01:00 mis a jour le 27/12/2014 - 21:18 par Saïd Tissegouine
  • facebook
  • googleplus
  • google
  • live
  • myspace
  • printer
  • twitter
Signalons d’emblée qu’à l’issue de ce rendez-vous « historique », la famille du MAK a su et pu déjouer un dangereux complot ourdi contre elle par le pouvoir. Nous y reviendrons plus loin. Concernant donc le premier point discuté, en l’occurrence le bilan, Bouaziz Aït-Chebib et Farid Djennadi, se sont longuement alterné dans la présentation des actions et réalisations du MAK. Les deux responsables n’ont pas manqué de signaler également les lacunes à combler et différentsobstacles rencontrés dans ce combatque d’aucuns savent de longue haleine puisqu’il s’agit de faire jouir le peuple kabyle de son propre Etat ; ce qui entraînera nécessairement aussi bien le changement la constitution algérienne mais aussi la révision de fond en comble de la géostratégie et la géopolitique de toute l’Afrique du Nord et du bassin méditerranéen.
L’assistance, nombreuse et plus attentionnée que jamais, à la lecture du bilan par les deux hommes, a donné son satisfecit. En ce qui concerne le chapitre action, celui-ci a été scindé en deux : l’action à court terme et l’action à long terme ; ce qui relève des perspectives. A court terme, les participants ont décidé l’organisation de deux marches pour la journée du Yennayer, qui correspond à la date, selon le calendrier grégorien, du I2 janvier 20I5. L’une aura lieu à Tizi-Ouzou et l’autre à Béjaia.
En matière de perspectives, les propositions retenues sont nombreuses et toutes sont aussi percutantes les unes que les autres. C’est justement dans cette logique que les participants à ce rendez-vous ont décidé de renforcer le Conseil National du MAK de deux nouvelles structures. La première : une commission de réflexion et la seconde : une commission de formation. Notons que Bouaziz Aït-Chebib a proposé aussi l’installation d’une commission qui devrait être chargée du dossier finance, mais la proposition faite à l’unanimité était de maintenir ce dossier sous la compétence et la gestion directe par la direction du MAK. Par ailleurs, les représentants des sections et conseils régionaux, chacun en ce qui le concerne, ont été chargés d’organiser et d’actualiser les fichiers organiques. La mise à jour du fichier permettra d’éviter des infiltrations des rangs du MAK par des individus à la mission et la feuille de route contraires aux intérêts de la nation kabyle. C’est à base de cette stratégie que la commission de réflexion agira en toute sérénité dans l’étude des propositions d’actions à entamer à long terme dont voici quelques unes : la réhabilitation de la journée du 10 mars 1980 ; date où feu Mouloud Mammeri a été empêché par Alger de tenir sa conférence à l’université de Tizi-Ouzou (proposition faite par Boussad Becha), la mise sur pied d’un Parlement kabyle, rédaction d’un rapport mentionnant tous les mécanismes et tous les faits, facteurs responsables de la dépersonnalisation du peuple kabyle pour les étudier aux fins d’y apporter des solutions idoines (propositions fournies par Hocine Azem) et, enfin, la préparation et la mise sur pied d’ores et déjà d’un programme scolaire et éducatif allant de la maternelle jusqu’au cycle universitaire pour être prêts à le mettre à exécution au moment voulu et pénétrer la société kabyle, de la grande ville jusqu’au plus humble hameau pour recueillir l’information et la suggestion, aussi minimes soient-elles, pour constituer des dossiers d’études lesquels seront mis à exécution le jour « J » (propositions faites par Idir Oulinis, sociologue de son état). Il va sans dire que les propositions fournies ont été défendues scientifiquement par leurs auteurs respectifs.
S’agissant enfin du complot déjoué par la vaillante et intelligente famille du MAK, et qui mérite un coup de crayon, il faut reconnaître qu’il a causé bien des sueurs froides à plus d’un. En effet, le début des travaux du Conseil national a été marqué par des algarades et de terribles logorrhées. Heureusement que l’honnêteté politique et intellectuelle a été de mise chez tous les participants. Le savoir-faire et l’honnêteté du président du Conseil national du MAK, Mouloud Bébarki, sont aussi à saluer dans cette réussite de mise à échec du complot dirigé par le pouvoir contre le MAK puisqu’il a su donner la parole à chacune des parties s’étant sentie « victime d’une iniquité ».
Le premier à présenter les faits, selon « sa connaissance » est le président du MAK en personne. En effet, Bouaziz Aït-Chebib, d’une voix calme et sereine a longuement parlé de « l’enregistrement de sa discussion privée, de la tentative de chantage orientée contre sa personne, du rapport envoyé au Président du Gouvernement Provisoire Kabyle (GPK), Ferhat M’henni, dénonçant sa dictature et la suggestion de le faire remplacer par quelqu’un d’autre et une multitude d’autres faits touchant à son honneur, notamment par le écrits qui paraissent dans face book ». De son côté, Mohand-Ouamar Hachim, d’une voix certaine, a déclaré solennellement n’être jamais l’auteur de cette lettre adressée à Ferhat M’henni. « On a piraté ma boîte émail, et, par conséquent, c’est cet individu ou ces individus, qui ont rédigé et envoyé en mon nom ce rapport concernant Bouaziz Aït-Chebib, à Ferhat M’henni ». « Comment aurais-je pu faire une telle ignominie à l’endroit de Bouaziz Aït-Chebib alors que je l’ai toujours soutenu dans son travail ? », a expliqué Mohand-Ouamar Hachim qui a reconnu avoir fait recours à face Book dans ca mise au point concernant les allégations portées contre sa personne puisque « les canaux offciels du MAK n’ont pas voulu me la publier ». Mohand-Ouamar Hachim a également souligné avec véhémence que dès lors de telles choses se sont produites dans les rangs du MAK, il est évident que des personnages travaillant pour le compte du pouvoir ont réussi à pénétrer « nos rangs ». L’intervenant qui a tenu à remettre une copie de sa longue lettre explicative à la présidence du Conseil du MAK et Tamurt.info et à certains éléments présents a aussi promis de la faire publier dans sa page Face Book pour enlever toute équivoque quant au complot qui a ciblé aussi sa propre personne. 
Le document de Mohand-Ouamar Hachim très long d’où notre impossibilité de le reproduire dans son intégralité. D’autres personnes, à l’instar de Hassiba, ont intervenu pour signaler avoir été victimes de « colportages ayant touché gravement à leur intégrité morale ». Mais qui sont donc les auteurs de ces terribles colportages ? Ceux que l’on a cru en être responsables s’en sont dédouanés hier à l’issue de cette rencontre. Autrement dit, les véritables auteurs de colportages ne sont pas identifiés. En revanche, les accusations ont été portées contre le pouvoir. Celui-ci est accusé d’avoir mené une action psychologique contre le MAK. Bouaziz Aït-Chebib a accusé carrément les éléments du Département du Renseignement et de la Sécurité (DRS) d’être les auteurs des messages qui paraissent dans face book où l’honneur et la crédibilité du MAK sont ciblés. « Si je n’ai pas déposé plainte suite aux attaques dont j’ai été la cible, a-t-il avoué, c’est parce que je ne reconnais pas tout simplement l’Etat algérien et ses institutions ! ».
Une chose est sûre : la rencontre d’hier à Tifrit a été fort fructueuse. C’est ce courage que chacun a eu pour « vider son sac » que le terrible complot a été découvert et, par conséquent, mis en échec. Aujourd’hui, avec le recul, il est permis de soupçonner que c’est peut-être une action psychologique, semblable à celle qui vient d’être dirigée contre le MAK, qui a été à l’origine de l’effritement des aârchs. Même les deux partis politiques kabyles, le Front des Forces Socialistes (FFS) et le Rassemblement pour la Culture et la Démocratie (RCD) en été sans doute victimes. Ceci doit nous renseigner obligatoirement alors que le dialogue honnête et franc reste la meilleure barrière contre les faits néfastes de la propagande et l’action psychologique.
Addenda : Cette rencontre de Tifrit a été dédiée à la mémoire de feus Abane Ramdane, Mohand Ouharoun et l’ensemble des Martyrs de la liberté.

Aucun commentaire: