Accueil

jeudi 25 décembre 2014


Tizi Wezzu
La « maison » de l’imam est devenue une propriété privée. Personne n’en parle de ce scandale. Les seuls à dénoncer cet acte gravissime de spoliation de bien public et d'atteinte à un symbole de la communauté chrétienne sont les pratiquants musulmans de cette localité.
25/12/2014 - 06:00 mis a jour le 25/12/2014 - 06:59 par Nadia Iflis

Construite au début du siècle dernier par les autorités coloniales, l’église de la ville de Tigzirt, au nord de Tizi Wezzu, est un véritable chef-d’œuvre architectural. Cette oeuvre est devenue, depuis quelques années, un simple logement de fonction pour l’Imam de la mosquée de la même ville !
On dit même qu’elle est devenu sa propre propriété avec acte notarié dûment signé par le chef de daîra de la même circonscription. Cette oeuvre, vieille d’un siècle, est située au centre ville, juste à côté de la salle de cinéma le Mizrana. Ce lieu de culte de la communauté chrétienne, a aujourd’hui disparu. Elle est devenue la « maison » de fonction ou plutôt sa propriété privée.
La « maison » de l’imam est devenue une propriété privée. Personne n’en parle de ce scandale. Les seuls à dénoncer cet acte gravissime de spoliation de bien public et d’atteinte à un symbole de la communauté chrétienne sont les pratiquants musulmans de cette localité. « Cette Eglise appartient depuis la nuit des temps à la communauté chrétienne. Cet imam doit lai remettre et chercher un autre logement. C’est une grave injustice et une atteinte à l’honneur de nos frère chrétiens », dénonce avec véhémence El Hadj Ali, rencontré à la mosquée de Tigzirt, une petite ville touristique de la Kabylie maritime.
Notons, par ailleurs, que les pratiquants chrétiens sont de plus en plus nombreux dans la région de Tigzirt. Ceux-ci sont contraint de louer des locaux et des appartement pour pratiquer leur culte. Ils sont dans la plupart du temps persécuté par les autorités algériennes et dénigrés par certains islamistes radicaux. 
La récupération de cette église est le combat principale des chrétiens de la région, depuis plusieurs années. Ils ne perdent pas espoir et comptent aussi sur l’aide de certains musulmans tolérants pour retrouver, comme au bon vieux temps, la quiétude qui singularisée cette région de Kabylie.
Saïd F pour Tamurt info

Aucun commentaire: