Accueil

mardi 21 avril 2015

Bouaziz Ait Chebib : « le processus de libération de Kabylie est irréversible »

Bouaziz Ait Chebib : « le processus de libération de Kabylie est irréversible »


L’appel du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK) à la commémoration du double anniversaire du printemps berbère du 20avril 1980 et du printemps noir de 2001 a été vivement accueilli par la population kabyle, et la région de Tizi Ouzou en particulier.


En effet, une marré humaine a inondé la ville de Tizi Ouzou pour participer à la marche du 20 avril initiée par le MAK. Joint sur téléphone par la rédaction de Kabylie-News, le président du MAK, Bouaziz Ait Chebib, a estimé que cela « nous rappelle la mobilisation du printemps noir (mouvement citoyen de 2001) », et que « la Kabylie ne réclame rien d’autre que son indépendance ».
Au début, les marcheurs se sont rassemblés devant, l’habituel point de départ, le pole universitaire de Hesnaoua. Des slogans engagés, et des ritournelles traditionnels kabyles ont été manifestés. « Pouvoir assassin »,  « Kabylie indépendante » où encore la chanson révolutionnaire de la légende Matoub Lounès ont été les principaux chants chantonnés par des milliers de marcheurs.
Arrivés en bas du palais de justice, le président de ce mouvement souverainiste a orienté la foule vers le grand jardin qui dominait cette ruelle, pour « un moment de gloire qui marquera à jamais l’histoire de la Kabylie » nous aurait témoigné un militant dudit mouvement. En effet, le mouvement s’est redirigé sur cette placette pour lever « le drapeau de la nation Kabyle qui est sous la domination coloniale de l’Algérie » nous rajouta le même interlocuteur. Après la prise de parole du même président, la grande foule qui était présente sur les lieux a émit un chant en fanfare de l’hymne national Kabyle pour le faire en jonction avec la levée « officielle » du drapeau kabyle. « Ca caractérise la renaissance de la nation après la défaite de 1963 » nous aurait précisé le président du MAK. Interrogé sur le pourquoi de la levée du drapeau pendant un 20 avril, notre interlocuteur répliqué que « le 20 avril est bien la meilleure date » puisque il régénère « l’esprit de la résistance », et parce que depuis « 1857, la Kabylie allait toujours dans le sens de sa libération ».
« Le processus de libération de Kabylie est irréversible » est, selon M. Ait Chebib, le message que voulait envoyer à fortiori cette prestation à « l’Etat algérien ».

Après la levée du drapeau, les même marcheurs, se sont dirigé vers l’ex-gare des transporteurs de Michelet (Ain El Hemmam) pour inaugurer la, désormais, placette Slimane Azem, en hommage à « un militant qui n’abandonne jamais, malgré qu’il était arbitrairement exilé par le pouvoir central d’Alger » lança Hocine Azem pendant sa prise de parole. Les milliers de gens qui ont accompagné ledit mouvement jusqu’à la fin de leur itinéraire se sont alors dispersés dans le calme. Même si ce n’est pas « Tous les kabyles qui sont présents, je suis certain que cette liesse les poussera à adhérer à nos revendications » finira le président du MAK.
S'agissant ainsi du mozabite arrêté par la police à la veille de la marche du 20 avril, la même source nous a indiqué qu'il a été transféré à Ghardaia, et "est attendu la semaine prochaine" pour un procès judiciaire.


Aucun commentaire: