Accueil

mercredi 15 avril 2015

L’hommage du GPK à Ebossé ! | Tamurt.info

Une sculpture à son effigie

L’hommage du GPK à Ebossé !

Saïd F. pour Tamurt.info
Le président du Gouvernement Provisoire Kabyle (GPK) a annoncé qu’un hommage sera rendu à ce joueur à l’occasion du premier anniversaire de son assassinat. « Une sculpture sera fabriquée à l’effigie de ce joueur en guise d'hommage du GPK et de la Kabylie et sera remise à son pays et à sa maman. Nous, Kabyles, sommes fiers de notre Africanité et nous ne sommes racistes envers personne »
16/04/2015 - 00:00 mis a jour le 15/04/2015 - 20:31 par Saïd F
  • facebook
  • googleplus
  • google
  • live
  • myspace
  • printer
  • twitter
« On a tué un jeune joueur de la JSK, Ebossé, l’année dernière, à Tizi Wezzu pour faire croire au monde entier que les Kabyles sont des monstres et des racistes. C’est faux » avait déclaré Ferhat Meheni à la presse dernièrement à Paris.
Le président du Gouvernement Provisoire Kabyle (GPK) a annoncé qu’un hommage sera rendu à ce joueur à l’occasion du premier anniversaire de son assassinat. « Une sculpture sera fabriquée à l’effigie de ce joueur en guise d’hommage du GPK et de la Kabylie et sera remise à son pays et à sa maman. Nous, Kabyles, sommes fiers de notre Africanité et nous ne sommes racistes envers personne », lança Ferhat. 
La sculpture sera réalisée par un artiste originaire de Kabylie, Vgayet de renommée internationale, le grand sculpteur Olivier Graine. Ce dernier a remis récemment une sculpture à Ferhat Mehenni en guise de récompense pour son dernier album.
Pour rappel, Ebossé, un joueur Camerounais de la Jeunesse Sportive de Kabylie âgé de 26 ans et père de famille, a été assassiné l’année dernière, dans l’enceinte du stade de Tizi Wezzu par l’un des voyous employés par le président de ce club phare de la JSK, Hannachi, En dépit de la présence de nombreuses personnes et de journalistes, personne n’a osé dénoncer l’auteur de ce crime.
Hannachi a tout fait pour ne pas faire la lumière sur cet assassinat. Il est allé même jusqu’à menacer certains journalistes afin qu’ils ne révèlent rien. Le nom d’un certain Redouane est pourtant cité comme étant l’auteur de ce crime.
Saïd F.

Aucun commentaire: