Accueil

jeudi 30 mai 2013

« 400 000 dinars par mois pour chaque député » | Tamurt.info - Votre lien avec la Kabylie

Selon des parlementaires algériens

« 400 000 dinars par mois pour chaque député »

Faroudja Aït Massal pour Tamurt.info
C’est un salaire surréaliste et qui dépasse l’entendement. En fin de mandat en 2017, les parlementaires empocheront des milliards de dinars, alors que le niveau de vie de la population ne cesse de régresser. La somme que percevra un seul député en fin d’année avoisine à peu de chose près le budget que l’état accorde annuellement aux communes. Impensable.
30/05/2013 - 13:37 mis a jour le 30/05/2013 - 17:22 parFaroudja Ait Massal
Les rumeurs concernant l’augmentation des salaires des parlementaires algériens viennent d’être confirmées par les députés eux même. Leurs salaires qui étaient de 300 000 dinars mensuellement sont déjà revus à la hausse. Une augmentation de 100 000 dinars est accordée aux législateurs à partir du mois de juin prochain, avec effet rétroactif depuis le mois de janvier 2013. Les députés algériens toucheront donc une mensualité de 400 000 dinars par mois.
L’information qui a été rapportée par certains titres de la presse algérienne a été démentie timidement et d’une manière non-officielle par le président du parlement. Mais, d’autres députés, notamment ceux de l’opposition, ont bien confirmée l’information. Une attitude qui montre que le pouvoir a décidé de revoir à la hausse le salaire des députés discrètement.
C’est un salaire surréaliste et qui dépasse l’entendement. En fin de mandat en 2017, les parlementaires empocheront des milliards de dinars, alors que le niveau de vie de la population ne cesse de régresser. La somme que percevra un seul député en fin d’année avoisine à peu de chose près le budget que l’état accorde annuellement aux communes. Impensable.
Le hic est que, malgré les salaires faramineux, le parlement algérien ne joue aucun rôle dans la vie politique et dans la prise de décisions. Son rôle est relégué au second plan. Les députés ne font que lever la main et l’hémicycle de Zigoud Youcef à Alger, qui est qualifié, par les députés eux même, de chambre d’enregistrement. Les législateurs ne font qu’accompagner les délégations ministérielles lors de lors sorties et visite de différentes régions de pays, afin de séjourner dans des palaces ou hôtels les plus huppés.
Le débat contradictoire n’a jamais franchi la porte de siège du parlement. «  On a remarqué que sur les 480 députés que compte l’Assemblée Populaire Nationale (APN), au moins 400 ont passé les fêtes de fin d’année et de réveillon de l’année 2012 en Europe et quelques îles de l’océan », nous déclara un fonctionnaire à l’APN. Notre interlocuteur nous a précisé que la plupart des députés, ceux issus des régions arabophones, sont des polygames, surtout ceux qui en sont à leur troisième au quatrième mandat. « Ils mènent des vie de princes et ils font ce qu’ils veulent. J’assiste parfois à leur discutions en marge de leurs travaux. Le souci des députés algériens se limitent aux affaires personnelles d’abord, puisque la plupart sont des importateurs, le reste, ils ne parlent que de nourriture et de femmes. », ajouta le fonctionnaire de l’APN qui aura tout vu lors de sa carrière à l’APN.
Notre interlocuteur nous a indiqué que depuis que le chef de l’état algérien est hospitalisé, les députés vivent la peur au ventre de voir un autre président élu, ce qui provoquerait à coup sûr la dissolution de l’actuel parlement.
La patronne du Parti des travailleurs, Luisa Hanoune, est la doyenne des députés algériens avec ses quatre mandats. Elle aura bientôt 20 ans de carrière et sa présentation aux prochaines élections est évidence. On a jamais vu dans le monde entier, et depuis que le onde et monde, un opposant politiques passer des décennies au parlement ! Elle, la femme politique la plus riche en Algérie, qui prétend défendre les pauvres ! Heureux les martyrs qui n’ont rien vu.
Faroudja Aït Massal

Aucun commentaire: