Accueil

mardi 11 juin 2013

Le MAK dénonce la politique destructrice du régime d'Alger | Tamurt.info - Votre lien avec la Kabylie

Tout en apportant son soutien aux habitants de Mirabeau
"En tout état de cause, le MAK, quant à lui, apporte son soutien indéfectible aux victimes et se porte solidaire de toutes les actions entreprises par les citoyens de Draa ben Khedda face à cette nouvelle et énième agression d’état contre la Kabylie et son peuple, dans l’anéantissement systématique de son environnement. Le MAK fait siennes les revendications des habitants de la cité des 400 logements".
11/06/2013 - 16:19 mis a jour le 11/06/2013 - 19:40 par Youva Ifrawen
Le Mouvement pour l’Autonomie de la Kabylie (MAK), par la voix de son président Bouaziz Aït Chebib, n’est pas resté insensible à ce que subit l’environnement au quotidien et le bardage du patrimoine foncier avec bien sûr la bénédiction de l’administration locale. « La Kabylie est soumise à une entreprise massive de destruction étatique. Les espaces verts et les terres agricoles sont systématiquement ciblés ; ils sont détournés de leur vocation naturelle au profit de décharges publiques sur des sites théoriquement protégés ou sont donnés à des projets immobiliers qui ne travaillent que les intérêts de la mafia locale, au détriment des intérêts des populations, de la production agricole, ou de la sauvegarde du patrimoine forestier du pays kabyle », note dans une longue déclaration le président du MAK.
La destruction de l’environnement s’accélère. Dame nature est menacée. La population Kabyle reste impuissante face à cette politique destructrice et au massacre de la nature. Le cas de l’affaire de la construction d’immeubles à la place du jardin public de la ville de Draâ Ben Khedda est le plus édifiant.
Le hic, c’est qu’aucun autre parti ou mouvement excepté le MAK n’a réagit à ces graves dépassements de l’administration. Certains élus locaux cautionnent directement cette politique. « A Mirabeau (Draa Ben Khedda), les habitants de la cité des 400 logements, se sont mobilisés pour défendre leurs droits les plus légitimes en rejetant la décision du Wali qui a cédé, dans l’indifférence totale des « élus », la seule parcelle de terrain qui constitue pour eux le seul et unique espace vert. Au lieu d’être reçus par le Wali, qui a théoriquement le devoir de recevoir et d’écouter les doléances des citoyens, ce commis de l’Etat néocolonial d’Alger, a ordonné à la police de les faire taire et de les réprimer durement au moyen d’un impressionnant arsenal répressif. L’opération d’intimidation des habitants de la cité des 400 logements de Mirabeau (Draa ben Khedda) a fait plus d’une trentaine de blessés…que font les prétendus élus kabyles, sensés défendre les intérêts des citoyens ? » se demande le MAK.
Bouaziz Aït Chebib rappelle aux élus locaux leur mission. « Le MAK, qui ne participe ni de près, ni de loin aux mascarades électorales interpelle les « élus kabyles » en leur rappelant leurs devoirs envers les citoyens qui ont placé en eux leur confiance afin de les protéger de la prédation de l’Etat néocolonial d’Alger, à moins que les commis de l’Etat soient installés pour accomplir leur mission de nuisance tandis que les "élus" ne servent qu’à donner une caution kabyle à leur entreprise de destruction de la Kabylie », peut-on lire dans la déclaration.
La société civile est également interpellée pour le MAK qui considère qu’il est du devoir de chaque citoyen Kabyle d’agir et de réagir en urgence pour sauver et protéger l’environnement.
Le Mouvement pour l’Autonomie de la Kabylie apporte son soutien indéfectible aux habitants de la cité les 400 logements de Mirabeau et soutient les victimes de la répression policière lors des émeutes d’hier. « En tout état de cause, le MAK, quant à lui, apporte son soutien indéfectible aux victimes et se porte solidaire de toutes les actions entreprises par les citoyens de Draa ben Khedda face à cette nouvelle et énième agression d’état contre la Kabylie et son peuple, dans l’anéantissement systématique de son environnement. Le MAK fait siennes les revendications des habitants de la cité des 400 logements. Il condamne et dénonce avec la plus grande vigueur cette répression féroce qui augure le pire pour l’avenir et nous rappelle les comportements criminels des gendarmes lors des événements de la Kabylie, entre 2001 et 2003. L’inquiétude du MAK est d’autant plus grande que la succession de Bouteflika se prépare dans l’ombre de l’intrigue et qu’à chaque séisme qui secoue la mafia militaro-politico-financière algérienne à la veille de chaque succession, la Kabylie est livrée en victime expiatoire au sadisme des forces machiavéliques algériennes », lit-on dans la déclaration.
Youva Ifrawen

Aucun commentaire: