Accueil

mercredi 14 août 2013

Kabylie Rallye Exige gouvernement algérien permettre la liberté de conscience

14 août 2013
Enquête et rapport d'analyse de la série No.1008
Kabylie Rallye Exige gouvernement algérien permettre la liberté de conscience
Par: Anna Mahjar-Barducci *

Présentation
7 août 2013 a marqué la fin du mois de Ramadan de cette année, au cours de laquelle les musulmans, à quelques exceptions près, ne peuvent pas manger ou de boire de l'aube au crépuscule. Pendant le ramadan, plusieurs militants d'Afrique du Nord, du Maroc, de l'Algérie et de la Tunisie, ont lancé des campagnes réclamant la suppression de toutes les restrictions à manger en public pendant le mois de vacances, et appelant les gouvernements centraux à respecter la liberté de conscience, de religion et opinion.
Une précédente enquête MEMRI et analyse, publiée le 30 Juillet 2013, en Tunisie et au Maroc, milite pour la liberté De Religion Pendant le mois de Ramadan , a rapporté sur deux de ces campagnes. La campagne Tunisie a pris la forme d'une réaction contre un chef religieux autoproclamé, Adel Almi, qui a exigé l'application des restrictions religieuses et a menacé de photographie et de honte ceux qui les violent, tandis qu'au Maroc, la Masayminch / nous ne serons pas rapide mouvement défend le droit de ceux qui choisissent de ne pas jeûner.
Ce document se concentre sur les rassemblements Ramadan dans la région promotion de la liberté de conscience et la liberté de religion. Lors d'un rassemblement, qui s'est tenu Août 3 2013, à la ville de Tizi Ouzou, la Kabylie, une région dans le nord de l'Algérie, plus de 500 kabyle a participé à un déjeuner publique, qui s'est tenue à promouvoir la «liberté de conscience». [1] Un autre rassemblement, dans la ville côtière de Kabylie Aokas, a exigé la liberté de religion et que les restaurants et cafés ouverts pour affaires dans la journée pendant le Ramadan.
Kabylie Feels gouvernement algérien ne s'est pas engagée à respecter les libertés individuelles
En Algérie, aucune loi interdit de manger pendant le Ramadan, mais dans les années passées certaines personnes qui n'ont pas jeûné ont été poursuivis, et certains non-musulmans ont été arrêtés pour cette infraction. Dans ces cas, les juges ont invoqué l'article 144, bis 2 du Code pénal de l'Algérie, qui stipule que "quiconque offense au Prophète et les envoyés de Dieu ou dénigre le dogme ou les préceptes de l'Islam peut être puni d'emprisonnement." La Constitution algérienne déclare dans son article 2 que l'Islam est la religion d'Etat, mais aussi déclare dans l'article 36 que «la liberté de croyance et d'opinion sont inviolables», l'article 29 stipule également que «tous les citoyens sont égaux devant la loi» et qu '«aucune discrimination prévaudra pour cause de naissance, de race, de sexe, d'opinion ou toute autre condition personnelle ou sociale ou les circonstances. "
Cependant, les gens se sentent en Kabylie que dans la pratique, le gouvernement algérien ne s'est pas engagé à respecter les libertés individuelles; depuis l'indépendance de l'Algérie en 1962, la population il a été exigeant la liberté de religion et de. Le peuple kabyle ne sont pas des Arabes, mais Imazighen (qui signifie «peuple libre», le singulier est amazigh, et ​​ils sont mieux connus en Occident comme Berbères). Les Imazighen sont les peuples autochtones d'Afrique du Nord, et leur présence dans la région est antérieure à l'invasion arabe du VIIIe siècle. Aujourd'hui, ils sont dispersés à travers le Maroc, l'Algérie, la Libye, la Tunisie et la région du Sahel.
Imazighen l'objet de discrimination, notamment en Algérie  
Bien qu'ils soient les premiers habitants de la région, les Imazighen ont été soumis à des humiliations et les discriminations, en particulier en Algérie, où le régime a systématiquement poursuivi des politiques de dé-Imazighenization et l'arabisation, et ont exclu les Imazighen de l'égalité d'accès aux services gouvernementaux et de la puissance politique.Beaucoup Imazighen en Algérie considère que le pouvoir central utilise l'islam comme un outil supplémentaire pour arabiser la communauté amazighe, en effaçant son identité, la culture, la langue et la tradition. Les Imazighen, dont la majorité sont des musulmans, [2] pratiquent traditionnellement un Islam tolérant.
Mouvements amazighs politiques en Kabylie, comme le Mouvement pour l'Autonomie de la Kabylie (MAK), qui a été parmi les principaux organisateurs des rassemblements à Tizi Ouzou et Aokas, promouvoir un État laïque où la religion est séparée de la politique. Le MAK, dirigé par Bouaziz Ait Chebib, est une organisation politique autonomiste non-violent à la recherche d'auto-gouvernement pour la Kabylie et la lutte contre l'arabisation du peuple amazigh. Le MAK a également mis en place un gouvernement provisoire de la Kabylie en exil, dirigé par Ferhat Mehenni, qui réside en France.

"Non à la violence islamiste et l'Etat en Kabylie, MAK"[3]
Rallyes à Tizi Ouzou et Aokas
Le Tizi Ouzou rassemblement, qui a eu lieu du 3 Août au Matoub Lounes cercle symbolique de la circulation[4] à la périphérie ouest de la ville, était pacifique et non-violente. Certains des participants ont tenu des sandwichs et d'autres tenaient des bouteilles d'eau, et tout le monde avait pour but de mettre l'accent sur ​​leur droit de ne pas rapide et aussi pour dénoncer les services de sécurité «harcèlement des non-jeûneurs.Alors que le rassemblement a eu lieu sous les yeux de plusieurs policiers en civil, il n'y avait pas d'intervention de la police.
Le Tizi Ouzou rallye inclus discours de plusieurs militants politiques, parmi lesquels Mouvement pour l'Autonomie de la Kabylie (MAK) président Bouaziz Ait Chebib, et Hocine Azem, haut responsable du Congrès Mondial Amazigh (CMA). Ces deux intervenants ont rappelé à la foule que "cette initiative a été lancée dans le but d'arrêter le mépris des valeurs de tolérance et de la coexistence harmonieuse de toutes les opinions et les croyances existantes en Kabylie depuis des temps immémoriaux ». [5] Ils ont également dénoncé "l' persécution de ceux qui ne veulent pas rapide, dont le crime, selon eux, est seul défaut de se conformer aux préceptes d'une religion qui est de plus en plus tomber sous le contrôle des partisans de l'obscurantisme radical, qui méprisent le genre de l'Islam tolérant qui est pratiquée par les citoyens de Kabylie ». [6]
Le rallye Aokas, qui s'est tenue le même jour, dans le but de dénoncer «l'inquisition» et «salafisme». Les manifestants, dont certains étaient des chrétiens de Kabylie et d'autres qui étaient des militants MAK, bannières tenues indiquant «Non à l'islamisme, non au salafisme, pas à l'Inquisition" et "punir ceux qui ont volé des milliards, pas ceux qui ne jeûnent pas." [7]
MAK président: La Kabylie est victime d'une "inquisition"
Président MAK Ait Chebib a expliqué dans l'hebdomadaire français Le Nouvel Observateur [8] que la Kabylie est victime d'une "inquisition" religieuse menée par le gouvernement algérien central. Il écrit:
"Au cours des 10 dernières années, la police en Kabylie ont été en charge de la répression des« crimes religieux ». C'est insupportable pour la Kabylie. L'État algérien a créé un climat d'inquisition islamiste, dans la mesure où la police, et dernièrement aussi gendarmes ont à plusieurs reprises arrêté des personnes qui mangeaient, même si [ils mangeaient] à l'intérieur des maisons verrouillées et non observées de l'extérieur.
«Chaque Ramadan, la Kabylie subit la répression, de l'intimidation, et la poursuite des personnes qui ne jeûnent En 2010, au moins 22 non-jeûneurs ont été emmenés au tribunal, ils seraient encore en prison avait les citoyens de Kabylie -.. Les jeûneurs et non-jeûneurs, mais tous indignés par cette inquisition - pas protesté contre ces tribunaux.
«L'année dernière, un jeune homme du village d'At Dwala [une ville et une commune dans la province de Tizi Ouzou, également connu sous le nom de Beni Douala , ou Ait Douala] été roué de coups par des éléments de la police, parce qu'il avait été surpris de manger. Cette année, l'éclatement de la gendarmerie dans un café à Tigzirt [une petite ville sur la côte nord-est de l'Algérie dans la province de Tizi Ouzou], révoqué sa licence, et intimidé ses clients non à jeun ... C'en est trop. Kabylie ne peut pas accepter une telle agression contre ses libertés. "
Ait Chebib a également fait valoir que, malgré la "politique inquisitoriale," le peuple de Kabylie ont trouvé le courage de tenir le Août 3 rallye se battre pour leur liberté: «En dépit de la politique inquisitoriale menée par l'État, cet événement [les rassemblements à Tizi Ouzou et Aokas] a provoqué une réaction positive immense chez les personnes qui ont considéré cette initiative une bouffée d'air frais, une bouffée de courage et de dignité ... "

Tizi Ouzou rallye. Bannière: "la liberté de conscience»[9]

Les manifestants de l'eau potable à Tizi Ouzou rallye .

A Tizi Ouzou rassemblement, les manifestants boire de l'eau et des cigarettes; manifestant dans le centre détient drapeau amazigh.[10]
«Nous ne sommes pas contre la religion musulmane, ni contre aucune autre religion nous extirper des libertés individuelles et de progrès Les habitants de la Kabylie sont civilisés, et nous rejetons toute forme d'inquisition et le radicalisme.». - MAK président Bouaiz Ait Chebib. " [11]

A Aokas rassemblement, les manifestants vague drapeau amazigh. [12]
A Aokas rallye. Bannière:. "Arrêtez les salafistes et les wahhabites [13]
Réactions contre le public Lunch
Les rassemblements à Tizi Ouzou et Aokas ont été critiquées par le ministre algérien des Affaires Religieuses Abou Abdellah Ghoulamallah, qui a appelé le déjeuner publique "un acte ridicule» [14] et a déclaré que que les manifestants "sont eux-mêmes victimes, car ils ont été manipulés par d'autres. » [15] Haut Conseil islamique de l'Algérie a également critiqué le rallye, en disant: "Nous condamnons fermement cette attitude, qui est comme une provocation et exhibitionnisme».[16]
Figurent également parmi les critiques était Ali Belhadj, ancien numéro 2 homme dans le proscrit Front islamique du salut (FIS), le parti, qui est allé à Tizi Ouzou pour protester contre le déjeuner public pendant le mois de Ramadan. En outre, dans une vidéo postée sur YouTube, [17] Belhadj indirectement impliquait que les non-jeûneurs doivent être tués, et accusé le ministre algérien des Affaires religieuses de n'avoir rien fait pour arrêter le rallye fait. "Pourquoi ne pas l'acte de la police contre ces personnes, qui portent atteinte à la sensibilité de tout un peuple, et qui violent l'un des préceptes de l'Islam [?] ... Il a demandé, et a ajouté qu'un" Etat islamique "ne devrait pas tolérer les provocations de la non-jeûneurs et que l'Etat doit prendre la responsabilité de «emprisonner ou exécuter".
Ait Chebib a mentionné que certains manifestants ont également reçu des menaces de mort, [18] , mais considéré comme le rassemblement important dans la lutte contre "les questions essentielles qui affectent grandement l'avenir de la Kabylie." Il a également noté que les Kabyles qui ont participé au rassemblement tenu à préciser que l'identité et les valeurs amazighes promouvoir la laïcité, la liberté, la démocratie et les droits humains. Mais plus que jamais, dit-il, le rallye était aussi un moyen d'affirmer le droit des kabyles personnes à l'autodétermination. «C'est le peuple kabyle qui va choisir son propre mode de gouvernance, et non un régime qui fera tout pour effacer l'existence du peuple kabyle, détruire un à un tous les éléments qui composent son identité», at-il dit.

Anna Mahjar-Barducci est chercheur d'études d'Afrique du Nord au MEMRI.

Notes de fin:
[1] Le Nouvel Observateur 8 Août 2013.
[2] La population de l'Algérie est assez homogène en ce qui concerne la religion, comme les musulmans sunnites constituent près de 99% de la population.
[3] Source de l'image: Kabyle.com, Juillet 31, 2013.
[4] Matoub Lounes était un chanteur algérien Amazigh qui a critiqué le gouvernement algérien et de sa politique d'arabisation de la population amazighe. Il a été assassiné lors d'un contrôle sur une route de montagne près de Tizi Ouzou ville en Juin 1998. Il a été annoncé que le Groupe islamique armé algérien (GIA) avait revendiqué la responsabilité de l'assassinat, mais beaucoup de ses partisans croire que les services de sécurité algériens ont reçu l'ordre de le tuer.
[5] Tsa-algerie.com 3 Août 2013.
[6] Tsa-algerie.com 3 Août 2013.
[7] Tsa-algerie.com 3 Août 2013.
[8] Le Nouvel Observateur 8 Août 2013.
[9] Source de l'image; Siwel.info 4 Août 2013.
[10] Le drapeau Amazigh est composé de bleu horizontal, vert, et des bandes jaunes de la même hauteur, et le Tifinagh lettre YAZ ou aza . Chaque couleur du drapeau correspond au territoire habité par amazigh en Afrique du Nord, appelé Tamazgha. Le bleu représente la mer, qui est, la Méditerranée et l'Atlantique, le vert représente la nature, et le jaune représente le sable du désert. Le YAZ , qui est la lettre dans le milieu du drapeau , symbole de l '«homme libre», qui est le sens de l'amazigh dans la langue Tamazight. Le YAZ est de couleur rouge, pour symboliser la vie et de résistance.
[11] Source de l'image; Siwel.info 4 Août 2013.
[12] Source de l'image; Siwel.info 4 Août 2013.
[13] Source de l'image; Siwel.info 4 Août 2013.
[14] Echorouk (Algérie), 5 Août 2013.
[15] Algerie Press Service (Algérie) 8 Août 2013.
[16] AFP 7 Août 2013.

Aucun commentaire: