Accueil

vendredi 15 novembre 2013

Avec une fortune de 3,2 milliard de dollars

Avec une fortune de 3,2 milliard de dollars
« Rebrab est incontestablement le premier Algérien à détenir une fortune supérieure à un milliard de dollars”, indique le Magazine Forbes. Rebrab, connu pour ses investissements diversifiés et osés parfois, est ainsi l’homme le plus riche d’Algérie. Expert inconstable de formation, l’homme le plus riche d’Algérie est issu d’une famille modeste.
15/11/2013 - 11:28 mis a jour le 15/11/2013 - 13:54 par Moussaoui R.

Le magazine Américain Forbes vient d’établir la liste des 50 hommes les plus dans tout le continent Africain. Pour la première fois, le nom d’Issaad Rebrab, enfant prodige de Taguemount Azzouz, région d’Ath Mahmoud, figure parmi les hommes d’affaire les plus riches de ce monde. Sa fortune est estimée à 3,2 milliards de dollars.
« Rebrab est incontestablement le premier Algérien à détenir une fortune supérieure à un milliard de dollars”, indique le Magazine Forbes. Rebrab, connu pour ses investissements diversifiés et osés parfois, est ainsi l’homme le plus riche d’Algérie. Expert inconstable de formation, l’homme le plus riche d’Algérie est issu d’une famille modeste. Il a commencé en 1969 avec un petit atelier dans sa localité avec 9 employés seulement. Aujourd’hui, il est à la tête de plusieurs usines et industries, telles que l’industrie du verre, l’électroménager, la grande distribution et d’autres secteurs, l’agriculture et bientôt dans le tourisme.
« Si on me laisse travailler, je vais éradiquer le chômage dans toute la nord-Afrique et je vais importer de la main-d’œuvre même d’Europe », avait déclaré un jour Rebrab. Celui ci, en dépit de sa richesse et de son influence économique est resté loin des cercles du pouvoir et loin de la politique tout court.
Contrairement aux autres hommes d’affaires, Rebrab est connu aussi pour sa crédibilité et la transparence dans sa gestion des affaires. Les employés de son groupe Cevital sont payés à leur juste valeur. Sa politique d’embauche et d’emploi est basée sur la compétence. Rebrab privilégie aussi les jeunes compétences et universitaires.
Le pouvoir algérien lui mis toujours des bâtons dans les roues. L’affaire de l’usine Michelin Algérie que Cevital dirigeait alors que les autorités algériennes veulent faire valoir leur droit de préemption ! D’ailleurs il n’a pas échappé aux critiques infondées et racistes de Luiza Hanoun, présidente du parti des travailleur, un parti dont le véritable numéro un n’est autre que Saïd Bouteflika.
R.Moussaoui

Aucun commentaire: