Accueil

vendredi 11 avril 2014

« Ni Boutef, ni Benflis, ni Zeroual. Ils sont du système ; ils sont au pouvoir » | Tamurt.info - Votre lien avec la Kabylie

Le mouvement Autonome Chaoui rejette le régime :
« Démocratie, démocratie ! Oui, et après ? Après rien. Les démocrates algériens sont coulés dans le même moule que le militant du FLN, ils ont tété le même lait au même sein. Ils ont fréquenté la même école. Ils ne savent que dire « démocratie, démocratie », sans aucune perspective, aucune vision, aucune envie de rupture réelle avec l’ancien système. Et quand on ose le débat c’est toujours les mêmes insultes, les mêmes anathèmes jetés à notre face : « Raciste », « séparatiste », « on verra après, la démocratie d’abord », « on est tous des algériens », « unité, unité », note le MAC.
11/04/2014 - 00:15 mis a jour le 10/04/2014 - 23:08 parSaïd F.
Le MAC, Mouvement pour l’Autonomie des Chaouis, a rejeté en bloc les prochaines élections et le régime entièrement. Dans une longue déclaration rendue publique, les responsables de ce mouvement estiment que les partis politiques algérianistes ne proposent aucune solution aux problèmes de leurs région.
« Démocratie, démocratie ! Oui, et après ? Après rien. Les démocrates algériens sont coulés dans le même moule que le militant du FLN, ils ont tété le même lait au même sein. Ils ont fréquenté la même école. Ils ne savent que dire « démocratie, démocratie », sans aucune perspective, aucune vision, aucune envie de rupture réelle avec l’ancien système. Et quand on ose le débat c’est toujours les mêmes insultes, les mêmes anathèmes jetés à notre face : « Raciste », « séparatiste », « on verra après, la démocratie d’abord », « on est tous des algériens », « unité, unité », note le MAC.
« Le Pays Chawi, pour répondre à l’attente de ses enfants, doit prendre son destin en main. On ne va pas demander aux algérois et aux oranais de parler Chawi ou mozabite, soyons sérieux, Tamazigh langue national c’est une escroquerie qui vise à la perte de notre âme, effectivement nous sommes tous amazigh, arabophones y compris, mais en ce qui nous concerne, nous sommes avant tout Chawis, et la langue Chawi ne concerne que nous. La seule manière pour que notre langue sorte du coma profond où elle se trouve, dans certain endroit, ou renaisse de ses cendres dans d’autres, c’est que cette langue devienne langue officiel et obligatoire de Tamurth n Ichawiyen. Obligatoire à l’école, et dans l’administration » », notent les militants du MAC.
« Et pour terminer, c’est pour cette raison que les Chawis ne doivent pas avoir peur de l’autonomie et du fédéralisme. Tamurth n’ Ichawiyen doit revendiquer l’autonomie, c’est à dire un système qui lui permet de disposer d’un cadre politique où les citoyens Chawis puissent exercer des prérogatives qui ne concernent qu’eux, sur leur terre. Et ceci pour qu’un jour nos petits-enfants ne disent pas : « nous sommes des arabes, nous sommes des arabes et nous sommes tous des algériens », ajoute le MAC qui ne voit aucune solution et aucun avenir avec ce régime en place.
Saïd F.

Aucun commentaire: