Accueil

samedi 8 novembre 2014

Ouverture de l’école de formation politique du MAK | Maatkas's Blog

Ouverture De L’école De Formation Politique Du MAK

Ouverture de l’école de formation politique du MAK

De Bouira Saïd Tissegouine

TUBIRET (Tamurt.info) – Fidèlement à la promesse faite par la direction du Mouvement pour l’Autodétermination de la Kabylie (MAK), rappelons-le, le 24 du mois passé à Thakervouzt (Bouira) à l’occasion de la réunion entre Bouaziz Aït-Chebib et les membres du Conseil régional de Bouira et Bordj Bou Arraredj (CRBBRA), la première leçon politique a eu bel et bien lieu hier dans ce village, plus exactement au domicile d’Ahmed Himmoun, enseignant en tamazight et écrivain d’expression kabyle.

08/11/2014 – 15:33 mis a jour le 08/11/2014 – 14:42 parSaïd Tissegouine

 

Et c’est le secrétaire national à l’éducation du MAK, le Pr Idir Oulounis, enseignant de sociologie à l’université Abderrahmane Mira de Béjaia, qui donna le coup de starter de cette formation politique.

En effet, c’est ce sociologue émérite qui, dans l’immense espace et pourtant plein d’élèves, donna son cours intitulé « le communisme et ses liens avec l’indépendantisme ». Avant de nous étaler sur cette leçon magistrale d’éducation politique, nous jugeons utile d’annoncer d’abord la présence à ce rendez-vous de Bouaziz Aït-Chebib et sa délégation composée de Kamel Chetti, secrétaire national à l’environnement et Mouloud Hamrani, secrétaire national à la formation et Boussaâd Becha, secrétaire national à l’organique.

D’ailleurs, la leçon politique fut précédée par l’intervention de Mouloud Hamrani où il présenta les objectifs attendus par cette entreprise (formation politique). C’est également le secrétaire national à la formation qui déclara officiellement l’ouverture de cette école de formation politique.

Après donc l’ouverture officielle de l’école, le Pr Idir Oulounis se retrouva sur l’estrade. Comme dans son amphithéâtre de l’université Abderrahamane Mira, le Pr Idir Oulounis commença par énumérer les grands courants de la sociologie avant d’aborder et de décortiquer « la pensée sociologique de Karl Marx ». 
Nous devons signaler au passage que cet intellectuel allemand qui est considéré comme « le père du socialisme ». Le Capital est son œuvre maîtresse. Quand la mondialisation a commencé à faire des ravages dans la classe ouvrière, des millions de citoyens ont commencé à redécouvrir le Capital. Et c’est bien la première fois depuis sa première publication que le Capital a dépassé en vente, même sur le territoire américain, la bible.

Plus loin, le Pr Idir Oulounis développera aussi le sujet portant sur « la dialectique chez Engel » et « le matérialisme chez Urbach ». Les pensées de ces deux hommes ont servi de base pour karl Marx dans sa recherche et sa pensée. Les élèves auront aussi un aperçu sur « la dialectique historique et la dialectique matérialiste ainsi que sur le développement de pensée de gauche à travers le monde. En décortiquant toutes ces notions, le Pr Idir Oulounis arrivera à la conclusion que « ceux qui
opposent le communisme à l’indépendantisme sont dans l’erreur ». 
Le Pr Idir Oulounis révélera que beaucoup d’intellectuels et de militants de gauche ont, de par le monde, soutenu plusieurs mouvements indépendantistes. L’enseignant ajoute également que beaucoup d’autres pensées de gauche ont participé à l’élaboration de textes de droit international qui reposent sur le principe du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes. Exprimant sa propre pensée, le Pr Idir Oulounis ne cachera pas son étonnement – puisque c’est un paradoxe – devant l’attitude de certains militants de gauche qui défendent l’idée du droit des peuples palestinien et sahraoui à l’autodétermination et ne reconnaissent pas ce même droit au peuple kabyle.

Les élèves auront compris du Pr Idir Lounis auront alors compris que certains hommes et certaines femmes habitant ce territoire dit « Algérie » n’ont non seulement pas compris la pensée de gauche mais tentent de la travestir délibérément pour mieux répondre à leurs propres et strictes intérêts. 
Pour une première leçon de formation politique, les militants de MAK de Bouira, grâce à la grande pédagogie du Pr Idir Oulounis, ont été bien servis.

Après la fin de ce cours, le président du MAK et la délégation l’accompagnant prirent la direction d’Akbou, plus exactement le village de Tifrit, pour honorer un second rendez-vous. Le rendez-vous de Tifrit a été programmé par la coordination MAK d’Akbou. La mission de Bouaziz Aït-Chebib a consisté a rappeler aux nombreux militants et cadres de Tifrit la grande dimension de la Conférence nationale kabyle (CNK) qui a eu lieu, rappelons-le, le 31 du mois passé à Aït-Ouabane, et qui a enfanté le Conseil national kabyle (CNK). Le premier responsable du MAK a encore une fois mis en exergue ses dons d’orateur. 
En, effet, Bouaziz Aït-Chebib soulignera l’historique de la CNK, à savoir ses objectifs et ses premiers dividendes ainsi que celles et ceux l’ayant réfléchie, cautionnée et travaillée.

Le président du MAK commencera par mettre en avant les grands mérites des trois conseils régionaux du MAK, en l’occurrence le Conseil régional de Tizi-Ouzou – Boumerdès (CRT.O B), le Conseil régional de Béjaia, Sétif et Djidjel (CRBSD) et le Conseil régional de Bouira et Bordj Bou Arraredj (CRBBBA), qui ont non seulement cautionné le principe de la tenue de cette CNK, mais s’y sont aussi impliqués à fond puisqu’ils ont assuré les préparatifs, lesquels se sont traduits par la prise de contacts avec les autres forces vives kabyles et la logistique ainsi les autres outils indispensables à une rencontre d’une telle telle nature.

Ensuite, le n° 1 du MAK reviendra sur le choix opéré démocratiquement et majoritairement par les participants à ce rendez-vous d’Aït-Ouabane et qui s’est traduit, bien entendu, par la mise en place du Conseil national kabyle (CNK). De même la grande personnalité de l’universitaire Younès Adli ainsi que les conditions qui l’ont porté à la tête du CNK seront longuement évoquées par Bouaziz Aït-Chebib. Il dira sans ambages qu’ « à travers cette résolution historique ( la mise en place du CNK ndlr), il ressort que nos divergences sont insignifiantes devant nos convergences quant au destin de la Kabylie ! ». Il faut reconnaître que le discours du président du MAK devant la nombreuse assistance a été d’une grande éloquence. Il faut relever aussi que beaucoup de militants, soucieux d’éviter un quelconque amalgame, ont saisi Bouaziz Aït-Chebib de plusieurs questions, notamment en ce qui concerne certaines interventions par le biais de facebook, lesquelles se sont focalisées sur cette CNK. 
En sa qualité de premier responsable du MAK, Bouaziz Aït-Chebib, avec son sang-froid et son pragmatisme habituels a donné les éclaircissements nécessaires. Avant de poser le micro, le président du MAK a invité l’assistance, très convaincue d’avoir eu plus de peur que de mal, à entamer une réflexion sur le prochain grand rendez-vous du MAK, prévu pour la première quinzaine du mois de décembre de l’année en cours, et qui n’est autre que la tenue de son conseil national. Pour sa part, Mouloud Hamrani déclarera à Tamurt.info que « le 31 octobre 2014, la Kabylie a vécu un événement historique, mais, hélas, a été ignoré par les médias nationaux algériens ». « Nous déplorons aussi, poursuit le secrétaire national à la formation du MAK, l’indifférence de la BRTV qui a fait le black-out sur les activités du MAK alors qu’elle s’empresse de couvrir les événements créés par le régime algérien ». Mouloud Hamrani manifestera enfin toute sa gratitude et toute sa reconnaissance
pour la presse en ligne, notamment Tamurt.info, Siwel.info et Kabylie.actualité, pour leur souci d’informer leur lectorat.

Addenda : le Président du Conseil régional de Bouira et Bordj-Bou-Arraredj, Saïd Lahcène, a dédié l’école de formation politique de Bouira à feu Mustapha Bacha.

Aucun commentaire: