Accueil

lundi 29 décembre 2014

Communiqué du Président du Conseil national du MAK
"L’idéal de votre engagement dans ce passionnant et difficile combat c‘est votre propre libération. Cet idéal, nous l’avons placé au delà des intérêts individuels. Il nous reste à faire ce que nous disons et dire ce que nous faisons".
29/12/2014 - 01:00 mis a jour le 28/12/2014 - 20:29 par La Rédaction

Chers amis, membres du Conseil National,
Avant d’entamer notre séance de travail, permettez-moi de revenir brièvement sur les dernières secousses que vient de connaître notre mouvement et qui versent de plus en plus dans l’invective et la démesure. Ces injures déshonorent notre mouvement et doivent impérativement cesser. Elles ne peuvent être justifiées par un quelconque positionnement à l’approche de l’élection du futur président du MAK (fin 2015). 
Notre devoir et de veiller au respect du droit légitime de chaque militant du MAK à se porter candidats à la présidence du Mouvement et de rappeler que le recours à ce droit fondamental exige aussi des devoirs.
Celui qui verse dans l’invective et le dénigrement des cadres et militants du MAK, doit être rappelé à l’ordre. A ce titre, je salue la décision du président du MAK de sanctionner les perturbateurs de la conférence nationale kabyle qui a eu lieu à At Weεvan. Nul n’a le droit de semer le doute et l’insécurité parmi nos militants !
Dans les sociétés policières comme l’Algérie, rien n’est plus déshonorant que de se prétendre démocrate tout en étant au service de la dictature qui sévit chaque jour. 
Dans le contexte kabyle, certes l’ennemi est partout. Il peut être n’importe qui. Mais faut-il en rajouter en transformant ses propres doutes en vérités absolues étalées sur la place publique ?
Colporter ce genre de dénigrement, semer le doute, décourager les Kabyles, les opposés les uns contre le autres, leur inculquer le sentiment d’incapacité à décider par eux-même, est exactement le but recherché par ceux-là même qui tentent de briser la Kabylie à jamais.
Chers amis, membres du conseil national,
Nous pouvons mettre un terme à ces dangereux agissements pour l’avenir de la Kabylie. Nous le devons car notre mouvement, selon ses statuts, est d’essence démocratique et transparent. Certes notre mouvement n’est pas reconnu par l’Etat algérien mais cela ne nous oblige pas à pratiquer une gestion occulte. 
Maintenant que le but du MAK est très clair à savoir la libération de la Kabylie du joug colonial algérien, nous devons nous servir de cette visibilité, tant recherchée, rendue possible grâce au GPK sous l’égide de notre charismatique leader, Ferhat Mehenni. 
Ce but précis est notre garantie contre tout dérapage ou trahison. Celui qui se détourne de ce but, à atteindre de manière pacifique, se trahit lui-même.
Pour ces raisons, je suggère plus de démocratie, plus de transparence et davantage d’ouverture. Ce Conseil national, dont vous êtes membre, doit être l’instance suprême du mouvement où toute décision engageant son avenir doit être souverainement prise après débat. 
Les finances, y compris leur provenance, doivent être portés à la connaissance du conseil national et reparties équitablement par ce dernier.
Les conseils régionaux de notre mouvement doivent retrouver leur vitalité et leur implication directe sur le terrain au côté des conseils communaux et villageois. Ce sont des instances de base, principale source de légitimité du mouvement.
Cette clarté dans le fonctionnement de notre mouvement redonnera confiance à nos militants et éloignera la suspicion, le cloisonnement, la crainte et la peur d’aller vers l’autre. Chez nous, la transparence est synonyme de confiance, sans laquelle rien ne peut être bâti sur des bases saines et solides.
L’idéal de votre engagement dans ce passionnant et difficile combat c‘est votre propre libération. Cet idéal, nous l’avons placé au delà des intérêts individuels. Il nous reste à faire ce que nous disons et dire ce que nous faisons.
Merci pour votre attention
Mouloud Mebarki, président du conseil national du MAK
Le 26/12/2014

Aucun commentaire: