Accueil

lundi 11 novembre 2013

14 militants des Droits de l’Homme risquent la prison à Ghardaïa | Tamurt.info - Votre lien avec la Kabylie

Pour avoir protesté avec des chômeurs
Les accusés sont poursuivis pour des chefs d’inculpation aussi graves qu’imaginaires. Ils vont répondre devant le juge du tribunal de Ghardaïa pour délit d’opposition par agression et attroupement à des actions ordonnées et autorisées par les autorités publiques, délit de destruction de biens appartenant à autrui, délit d’outrage envers un corps constitué, délit de mutilation et de profanation du drapeau national, d’infractions d’endommagement de biens mobilier appartenant à autrui.
11/11/2013 - 13:20 mis a jour le 11/11/2013 - 14:53 par Moussaoui R.

Les défenseurs des Droits de l’Homme à Ghardaïa sont sous pression de l’appareil judiciaire. Pas moins de 14 militants sont menacés d’emprisonnement. Leur seul tort est d’avoir participé à un sit-in de chômeurs.
L’appareil judiciaire à Ghardaia poursuit sans relâche sa guerre marathonienne acharné et usante contre les militants des Droits de l’Homme, après deux reports successifs, le tribunal de Ghardaia, examinera dimanche prochain, soit le 17 novembre, l’affaire dans laquelle sont poursuivis 14 militants des Droits de l’Homme pour des accusations fomentés et graves.
Il est à rappeler que les activistes des Droit de l’Homme ont assisté le 26 mars dernier à un sit-in pacifique de solidarité avec les chômeurs, jour qui coïncidait avec la célébration officielle d’une fête locale, la fête du tapis. Il est à rappeler aussi que « les participants à ce sit-in de solidarité ont subi toutes les affres de la répression policière, insultes, coups et blessures, tortures et l’utilisation excessif de la violence sans justification et sans aucun avertissement au préalable, malgré le pacifisme du sit-in, comme le montre cette vidéo prise le 26/03/2013 à 08 heure 45 du matin : http://www.youtube.com/watch?v=pGUK...;», lit-on dans un communiqué signé par les accusés et d’autres compagnons.
Les accusés sont poursuivis pour des chefs d’inculpation aussi graves qu’imaginaires. Ils vont répondre devant le juge du tribunal de Ghardaïa pour délit d’opposition par agression et attroupement à des actions ordonnées et autorisées par les autorités publiques, délit de destruction de biens appartenant à autrui, délit d’outrage envers un corps constitué, délit de mutilation et de profanation du drapeau national, d’infractions d’endommagement de biens mobilier appartenant à autrui. Des accusations pour lesquelles ils risquent de longues années de prison.
« Ce qui marque au procès en cours c’est le silence suspect et complice et la non-réponse du procureur aux plaintes déposées avec certificats médicaux apportés par les activistes en droit humain qui étaient victimes d’arrestations arbitraires racistes et sélectives avec coups et blessures et même torture et abus de pouvoir par la police de Ghardaïa, ce qui confirme l’intransigeance et le mépris total du rôle préliminaire de l’appareil judiciaire qui est la recherche de la vérité, moi-même, j’étais victime d’une agression lâche qui m’a fait perdre connaissance et je ne me suis réveillé qu’ une heure après au commissariat », dénonce un des rédacteur de la déclaration.
« Avec tout ça les activistes des droits humains en criminels poursuivis d’accusations graves dont la totalité des peines en cas de condamnation, est de plusieurs années de prison ferme, tout cela sous les ordres du pouvoir exécutif et la complicité de la police et de la justice. En cette occasion nous lançons un appel de solidarité aux citoyens, syndicalistes autonomes, chômeurs, journalistes et aux défenseurs des Droits de l’Homme d’assister massivement au procès qui se déroulera le dimanche 17 novembre 2013 à Ghardaïa pour voir de près la réalité de la situation des Droits de l’Homme en Algérie, et pour dévoiler et révéler la guerre acharnée et atroce que subissent les défenseurs des Droits de l’Homme en Algérie d’une façon générale et à Ghardaia en particulier. Ghardaia le 10/11/2013 », ajoute le même communiqué.
R.Moussaoui

Aucun commentaire: